Le testament de Matoub Lounes.
Assagi lliɣ
Assagi lliɣ azekka wissen
Nniɣ-d ayen ẓriɣ
D wayen a ttwaliɣ
Cfut di targa ma ɣliɣ
D anza-w aa wen-d-yessiwlen
Ya lemri fki-ɣ-ak-n udem-iw
Tṛeğmeḍ-t-id s ccwami
Mi kkerɣ ad qazmeɣ lebɣi-w
Iḍelb-iyi-d ayagi
D idammen-is neɣ d idammen-iw
D netta neɣ d nekkini
Ifer n leḥbeq yugad
Yugad taɣert d-ileḥḥun
Ul-iw kecment-ett tiqqad
T-times i t-id-yettsuḍun
Abeḥri n lḥif a yettzad
Bɣan awal a ɣ-t-ɣbun
Bɣan a ɣ-ḥeṛṛen s amḍiq
Iweryan heggan-aɣ-ten
Mi newqeε an-nettijjiq
Llazuq ger wafriwen
Ajenwi a d-yas s aεenqiq
A ɣ-zellun yiwen yiwen
Xas ḥeṛṛen-iyi ṛebεa leḥyuḍ
Xas lfinga a tt-waliɣ
Xas lḥif a yi-d-isuḍ
Xas yecceḍ webrid aa awiɣ
Ma nnan-iyi-d s anda tleḥḥuḍ
A sen-iniɣ nek d Amaziɣ

Aujourd'hui vivant je suis, demain, qui sait ?
J'ai dit ce que je sais
Et ce que je vois,
Il vous en souvienne : si je sombre dans la rigole
Mon spectre vous appellera.
Miroir, je t'ai offert mon visage :
Tu l'as lapidé de balafres.
Me dressant pour affronter mon désir,
Il exigea de moi ceci :
Mon sang ou le sien ;
C'était ainsi : c'était lui ou moi.
La feuille de basilic se terrorise,
Se terrorise à la sécheresse accourant.
Mon coeur est creusé des brûlures,
Du feu qui souffle sur lui.
Voici que le vent du malheur s'affraîchit,
Ils veulent en nous bannir jusqu'à la parole.
Ils ont dessein de nous barrer la route,
Les gluaux pour notre capture sont apprêtés.
Aux abois nous criaillons,
La résine entravant nos ailes.
Le poignard s'aiguise à nos cous,
Ils nous égorgeront les uns après les autres.
Si quatre murs m'enserrent,
Si je ne vois que l'échafaud ;
Si la misère m'aspire
Et si mon chemin est une pente au gouffre ;
Que l'on me dise : Où crois-tu aller ?
Je clamerai : Je suis Amazigh !

 

 

Partager cet article