Madjid Soula en concert à Montréal

 

Un certain guérisseur du nom d’Akli n Ṭbib raconte qu’il y’a plusieurs siècles une famille, du nom de Soula est partie d’Azzefun vers les At Melikec à Tazmalt pour s’installer. Trois frères se sont ensuite installés avec leurs familles à Uzelagen, plus précisément au village Bu Tagut. Comme son nom l’indique c’est à cause d’un brouillard toujours présent, que ces frères Soula se sont enracinés dans un endroit qui a pris le nom du village At Soula.

Akli n Ṭbib raconte aussi que plus tard deux frères ont décidé de quitter le village At Sula (Ait Soula). En traversant Iɣzer Ulḥaǧ, l’un deux est emporté par le fleuve, alors que l’autre a pu passer pour se diriger vers Buzgen ou il a donné naissance à une autre grande famille Soula. De nos jours et périodiquement les deux grandes familles Soula de Buzgen et celle d’At Sula de lɛerc des At Weghlis se rendent visite pour perpétuer la tradition et rappeler l’origine commune.

La famille Soula est un exemple type d’une Kabylie unie et indivisible alors que les Français ont tout fait pour la diviser en basse Kabylie et haute Kabylie pour semer la zizanie entre ses habitants.

De ce village At Sula, qui se situe à un kilomètre de la commune de Cemini au sud-est de la forêt d'Akfadu à 60 km de Bgayet, est né en 1956 une des plus belles voies de la chanson moderne Kabyle. Il s’agit de Maǧid Sula, ou Madjid Soula. En 2012 Serge Perathoner, un arrangeur musical français célèbre, auteur de plusieurs comédies musicales dont Starmania et Notre-Dame de Paris, et de musiques de films cinéma et télévision dont Ushuaïa, Navarro... en commentant le dernier album Akka Akka de Madjid Soula, il écrit ceci :

"A la première écoute du nouvel album de Majid Soula j’ai ressenti une musique généreuse qui donnait beaucoup de bonheur, une réalisation de qualité qui révèle la voix de Majid, douce et attachante".

En effet, qui dit Majid Soula dit qualité musicale et le travail méticuleux. Mais aussi la force du verbe qui accompagne ses belles mélodies. Il s’est révélé au grand public en plein printemps amazigh de 1980 avec la parution de son premier disque. "Icerq-d yiṭij" (Le soleil brille). L’album qui l’a propulsé d’emblée dans la cour des grands. Bien avant, après ses premiers pas dans ce monde artistique, il avait déjà sorti un disque en vinyle intitulé : "Guleɣ".

On ne peut décrire mieux Majid Soula, que ce qu’a écrit Said Ait Amar : "Majid Soula affirme clairement une personnalité artistique propre. Novateur, tenace, passionné et discret, il marque de son style Berbère Music. Mais son objectif est d’internationaliser cet art, connu peu ou prou. Aussi, il enrichit et actualise sans cesse son expérience du «passé» pour aboutir à ces merveilleuses mélodies qu’on lui connaît aujourd’hui."

Et de poursuivre : "Majid Soula, c’est une voix d’une finesse et d’une élégance étonnantes avec une diction impeccable qui coule avec aisance. Il chante avec une sobre ferveur l’identité Amazigh, des poèmes d’amour, sur la vie sociale, la laïcité, etc... Ses chansons son tendres et pétillantes. Il réussit le pari d’innover la musique kabyle sans altérer la substance essentielle du patrimoine ancestral. Majid Soula est un artiste complet : c’est un auteur qui écrit et compose avec une facilité déconcertante. ‘C’est la musique qui me cherche’ avoue modestement Majid Soula qui est inspiré au sens le plus profond du terme. Ainsi peut-il s’épanouir et laisser parler son âme".

A l’actif de Majid Soula, neuf albums que sont Icerq-d yiṭij (1980), Massinissa (1982), Arrac n uzekka (1985), Times (1987), Asif Asif (1990), Kabylie mon amour (2002), Dihya (2004), Zidane (2006) et Akka Akka (2012).

Durant toute sa carrière, Majid Soula a animé plusieurs concerts dans le monde dont Moscou et Bakou (Russie), Belgique, Londres (Royaume-Uni), Stockholm (Suède), au Palais des Congrès à Paris (1996 avec Cherif Kheddam, Matoub et Ferhat), Zénith à Paris (1998 avec Idir et Maxime Le Forestier), Alger, Tizi Wezzu, Bgayet et plusieurs villes de France.

Il lui manque l’Amérique et plus particulièrement le pays d’Érable, le Canada, ou réside une forte communauté kabyle. C’est ainsi que TOM Production a pensé de lui organiser un spectacle Hommage à l’universaliste qu’il est parce que sa musique est caractérisée par le mélange d’instruments et de musiciens multiculturels qui l’entourent à chaque fois. Des musiques qui donnent des sonorités douces et reposantes voire même mystiques, parce qu’elles sont puisées de différents patrimoines; celte, kabyle, twareg, ….

Venez nombreux le 25 mars 2017 pour voir mais surtout rendre hommage à Madjid Soula qui a bercé notre enfance. Il viendra de France avec son orchestre multiculturel au complet. C’est à 20h au Théâtre le Château, sis 6956 Rue Saint-Denis, Montréal.

Kamel Harani

Canada 08 mars 2017

 

  1. Écoutant Madjid Soula ici :
  2. https://www.youtube.com/watch?v=FosjWvdHVZU
  3. https://www.youtube.com/watch?v=1pOOBDB-yVw
  4. https://www.youtube.com/watch?v=MaZufMMoPPk
  5. https://www.youtube.com/watch?v=P_u3E5PH06M

 

 

Madjid Soula en concert à Montréal.

Partager cet article