Sans formation, ni connaissance théorique, NA RANDJA a joué un rôle clé dans la vie des futures mamans avant, pendant et après la guerre de libération en raison bien entendu de l’absence de maternité Chez les Ath Waghlis.

Toutes les femmes et jeunes filles qui ont été emmenés à rencontrer NA RANDJA en cours de leur grossesse ou de leur accouchement sont satisfaites de son geste professionnel pour enfin accueillir leur enfant comme elles le souhaitent avec en plus une liberté de mouvement.

En effet, elle est la seule du village à accompagner le couple  et la famille dés le début de la grossesse et elle  rend visite à domicile les jours suivants la naissance (En dépit du couvre feu durant la guerre de libération).

Elle s’assure de la santé de la mère  et de celle de l’enfant.

Ainsi, elle a assisté beaucoup de mères qui ont mis au monde toute une génération d’enfants en s’appuyant simplement sur son expérience, ses ressources personnelles et  naturelles et en respectant l’intimité des futurs mamans IWAGHLISSEN à qui elle remet le nouveau né qui ouvre les yeux pour se faire désormais  respecter.

NA RANDJA nous a quitté en laissant un vide et en emportant avec elle les accouchements à domicile au profit des maternités.

 Montesquieu  n'a-t-il pas pour citation :

Il faut pleurer les hommes à leur naissance et non pas à leur mort.

 

 

publié par B.SLAOUTI dans: AIT-DAOUD
Recommander

Commentaires

Pas de commentaire pour cet article

Ajouter un commentaire

Tag(s) : #AIT-DAOUD

Partager cet article

Repost 0