Mouloud GAID Mouloud GaidA l'époque romaine, les populations qui occupaient la région étaient connues sous le nom de Banioures, de Kedamouziens (Ketama) et des Babares (desquels vient le nom Babor donné à la montagne) dans les massifs des Babor et de Tababort.

Sur les deux rives de la Soummam, en amont, vivaient les Nababes et les Masinissences (Imsisen) concentrés sur les pentes occidentales des Biban, et en face sur les pentes du mont Ferratus (Djurdjura) ; plus bas, et sur l'autre versant du Djurdjura dominaient les Quinquegentiens (1) dans l'espace compris entre Bougie et Dellys (2).

Ibn Kheldoun les rattache à la tribu des Sanhadja dont ils constituent les deux branches: Zouaoua à l'Ouest, Ketama à l'Est.

Les Zouaoua occupaient les territoires s'étendant entre EI Djazair bled Mezghena (Alger) au golfe occidental de Bougie. Ils « habitent au milieu des précipices formés par des montagnes tellement élevées que la vue en est éblouie, et tellement boisées qu'un voyageur ne saurait y trouver son chemin. C'est ainsi que les Béni-Ghobrin habitent le Ziri, montagne appelée aussi Djebel - Zan, à cause de la grande quantité de chênes-zan dont elle est couverte, « et que les Béni-Feraoucen et les Béni-Iraten occupent celle qui est « située entre Bougie et Tedellis (versant Ouest). les Fenaïa la vallée et les pentes orientales du Djurdjura. Cette dernière montagne est une de leurs retraites les plus difficiles à aborder et les plus faciles « à défendre; de là ils bravent la puissance des gouvernements, et « ils ne paient l'impôt qu'autant que cela leur convient ... » (3)

« Les Ketama occupaient les territoires s'étendant entre El Coll et Bougie le long du littoral, et les plaines du Midi jusqu'au massif « des Aurès. Leurs principales villes étaient: Igudjan, (près d'Ain El Kenira), Sétif, Baghaïa, Negaous, Bélezma, Mila, Kessentina, Skikda, El Coll, Djidjel ... »

Dans la région qui nous préoccupe, la fusion entre Ketama et Zouaoua si proches les uns des autres, s'enrichit de nombreux apports extérieurs.
A l'époque phénicienne et carthaginoise, des éléments orientaux et maghrébins de l'Est s'étaient déjà fondus dans la masse au moment de l'établissement des Romains (5), Les Berbères romanisés au service de l'Empire venus des localités voisines ou des provinces lointaines en qualité de fonctionnaires se sont intégrés eux aussi à la masse des indigènes. C.L. Féraud raconte qu'en 1848, il fit connaissance à Béjaïa de Cheikh Hassen Ben Ouareth qui lui apprit que certaines tribus locales descendraient de « Roumain» : « Les Aït Ali ou-Rouma, dans la tribus des Ouled Abdel Djebar, sur « la rive droite de l'oued Soummam; tous les habitants de fraction _ « qui se compose de trois villages : Ighil Ibezerad, Tiachafen, Aït Allaoua sont très fiers et très jaloux d'une origine qui les fait descendre, assurent-ils, des anciens possesseurs de Bougie (Saldae) envahie par des conquérants et refoulés dans l'intérieur des terres. Ils appuient leurs prétentions sur l'analogie même du nom de leur fraction. Le village d'lghzer el Kobla, dans la fraction des Aït Ferguane chez les Béni-Immel, ses habitants affirment aussi descendre des chrétiens chassés de Tiklat (ancienne Tubusuptus). (6).

 Il faut dire que le mot «Rouman» désignait sans distinction, Romains, Vandales, Grecs (Byzantins) et tous ceux qui n'étaient pas d'origine berbère, et que le mot « Afariq » désignait les Berbères romanisés. L'intégration de tous ces éléments à la société indigène ne se fit que lentement et progressivement en raison des dispositions consenties aux non-musulmans aux débuts de l'Islam. Les Emirs de l'Ifriqia les utilisèrent à leur service dans l'armée et dans l'administration. 
Ziadat Allah (817- 838) s'en servit pour combattre les troubles fomentés par les Milices arabes, son général se nommait Ben Abdellah El Ifriqi (ce qui atteste son origine) ; Abou Mohamed Ziadat Allah II (863-864) avait pour chef de sa garde Foutouh El Massihi (sans doute en raison de la religion qu'il continuait à pratiquer) ; Abou Ishaq Ibrahim Ben Ahmed (Ibrahim II) (875-902) avait comme chef de bureau de l'impôt foncier, Sawada d'origine chrétienne.
L'historien El Yacoubi (7) contemporain de l'Emir Ibrahim II, visitant l'Ifriqia écrivait: « Les populations de l'Ifriqia se composent: « d'Arabes, de Perses et d'Autochtones composés de Berbères, Roum et Afriq. Les Berbères constituent la grande majorité de la population et parlent leur langue; ils sont groupés en tribus indépendantes les unes des autres. Les descendants de Byzantins « constituent des îlots aux flancs des Aurès et dans la plaine de l'Ifriqia. Les Afariq (8) reste des Berbères romanisés, qui n'avaient pas encore embrassé l'Islam, résident dans les anciennes places fortes byzantines souvent aux côtés des Roums, et parlent un « berbère latinisé ... » 

Un siècle après, El Bekri faisant le même voyage, mentionne l'existence de Rouman mais point d'Afariq, ce qui laisse supposer que les Berbères romanisés se sont réintégrés dans leurs tribus d'origine ou avaient constitué des communautés spécifiques.

Les descendants des immigrés d'origine grecque qui se fondirent par métissage dans la masse des habitants locaux et les descendants des Berbères romanisés ou des colons Romains n'étaient pas, du reste, également répartis dans tout le territoire ; ils étaient plus nombreux dans le royaume des Aghlabides plus tolérants sans doute que leurs voisins les Ibadides de Tahert, démocratiques dans leurs institutions, mais très actifs et convainquant dans leur action prosélytique. 

Depuis le XIéme siècle

La région de Béjaïa, théâtre de nombreux événements à partir de la deuxième moitié du XI éme siècle, sa population dans ses conditions de vie comme dans sa composition ethnique en connut des répercussions importantes. Les époques les plus saillantes de ces bouleversements furent ; la transformation de Béjaïa en capitale par les Béni-Hammad - l'occupation de cette ville par les Espagnols - la domination de la région par les Français. 

En l'an 460 (1067-68), écrit Ibn Khaldoun, En Nacer Ben Alennas (Des Bénou-Hammad) s'empara de la montagne de Bougie (9). A Béjaïa, localité habitée par une tribu du même nom, « il fonda une ville à laquelle il donna le nom d'En Nacéria mais tout le monde l'appelle Begaïa, du nom de la tribu» ( l'altération du g en j a donné Béjaïa, mais les Kabyles l'appellent Begaït (10).

En Nacer fit venir de la Kelâa des Béni-Hammad et des environs des milliers d'ouvriers pour construire en quelques mois l'immense mur d'enceinte flanqué de bastions qui part des rives de la mer et s'élève jusqu'au mont Gouraya où il se perd dans les rochers abrupts.L'enceinte terminée, il encouragea ces ouvriers à construire leur propre maison et, afin que le manque de matériaux ne devint pas un obstacle à leur réalisation rapide, il obligea" tout individu qui voudrait pénétrer dans la cité, quelle qu'en soit la raison, à apporter au moins une pierre sous peine d'une amende égale à un Naceri ". Ce moyen réussit fort bien tant auprès des grands que des humbles. La ville prit forme en peu de temps avec ses rues, ses boutiques, ses mosquées, ses fandouks et caravansérails, ses écoles, ses quais, etc ... Les environs de la ville, convertis en jardins, furent ornés de nombreuses villas, de norias, de bassins d'irrigation, créant ainsi un climat de paix et de prospérité. 

Pour lui et sa famille, En Nacer fit construire un palais d'une grande beauté dont les colonnes en marbre rose furent importées de Gênes; les meilleurs artisans et artistes italiens, tunisiens, andalous furent engagés à la finition de l'œuvre. Il l'appela Ksar-Louloua (Le chateau de la perle).

Le goût des créations. rapporte la légende, devint chez Moulay «En Nacer une passion qui l'absorba complètement, il ne songeait «plus à de nouvelles conquêtes, négligeait même l'administration « importante du reste de son empire, consacrant ainsi tout son temps « à surveiller l'exécution des travaux qu'il a conçus et ordonnés. Suivis « des grands de la cour et de nombreux musiciens, il montait chaque « soir en bateau et se rendait au milieu de la rade pour mieux contempler de là les progrès de son œuvre civilisatrice» (11). 
Il parvient, un jour à tirer de ses méditations, Sidi-Mohamed Touati personnage vivant dans l'ascétisme, vénéré de tous, et l'emmena dans sa promenade au milieu du golfe. " Admire, lui dit Moulay En Nacer, les progrès de mon entreprise et la splendeur dont brille aujourd'hui notre capitale du sein de laquelle s'élèvent majestueusement les minarets de plus de cent mosquées.
" Bejaia n'est-elle pas la plus belle ville du monde et n'est-elle pas digne du nom de Meka-Seghira ? "

Sidi Touati, au lieu de s'enthousiasmer devant ce magnifique « tableau, adressa au contraire, de vives remontrances au sultan; « blâma son ambition et sa passion aveugle pour le luxe et la manie « des créations. Tu oublis, disait-il, l'instabilité des choses humaines; apprends donc que les monuments que tu t'obstines à élever à grands frais tomberont en ruines, seront réduit en poussière et la renommée que tu espères fonder sur leur durée s'écroulera comme eux avec le temps". (12)

Moulay En Nacer paraissant sourd à toute exhortation, Sidi «Touati ôta son burnous le déploya devant le sultan pour lui cacher «la vue. J~ travers ce rideau improvisé et devenu transparent En « Nacer aperçut une ville, mais ce n'était pas la sienne; partout « le sol jonché de ruines, les mosquées, le palais et les resplendissants «édifices disparus; en un mot, ajoute la légende, il vit Bejaia des «temps modernes et presque inhabitée»(13).

Après cette manifestation magique, En Nacer, vivement impressionné et comme frappé d'aliénation mentale, renonça aux «honneurs, abdiqua en faveur de son fils(14), et à quelques temps « de là disparut pendant la nuit (1089).
On fit pendant quatre ans des recherches les plus minutieuses «pour découvrir sa retraite. Enfin, une barque de pêcheurs aborda « un jour, par hasard l'Îlot de Djerba au nord de Gouraya. Les marins « trouvèrent Sur ce rocher un anachorète presque nu et réduit à un « état prodigieux de maigreur; c'était Moulay En Nacer. La nouvelle « de cette découverte ne tarda pas à être connue à Bejaia.Moulay « En Nacer, inébranlable dans sa résolution persista dans son isolement et mourut enfin sur son rocher ... » (15)

Une autre légende prétend que Sidi Touati l'ayant décidé à rentrer dans le monde, Moulay En Nacer vécut longtemps après. Laissant les rênes de son gouvernement entre les mains de son fils El Mansour, il serait parti à la tête d'une armée en Espagne participer à la lutte contre les chrétiens où il finit ses jours. 
La renommée de Bejaia attira de partout des savants, des Commerçants, des poètes, des artistes, des marins, donnant ainsi à la ville l'aspect d'une capitale d'un pays prospère et le siège d'une puissante dynastie. 

La ville prit alors une ampleur considérable. Les murailles de l'enceinte l'entourant de l'Est et à l'Ouest lui donnaient l'aspect d'un rectangle de 140 à 150 hectares. La ville se divisait en vingt-un quartiers :

· Bab el Bahar (quartier de la marine)

· Aguelmine (autour de la Mairie actuelle)

· Bridja (emplacement de l'hôpital et des casernes) 

· Sidi Bou Ali (au-dessus du cimetière chrétien) 

· Acherchour (quartier des Cinq-Fontaines) 

· Kenitra (autour de la zaouia de Sldi Touati) 

· Sidi Abdel Nadi ( environs du Fort Moussa.) 

· Hab Louz (Porte du Grand-Ravin) 

 · Bab Mergoum (face au Djebel Khelifa) 

· Azib Bakchi (citernes romaines) 

· Karaman (Près de l'Eglise transformée en Mosquée actuellement) 

· Kaâ Zenka (ancienne rue Trézel) 

· Moumet Cheikh (Arsenal) 

· Sidi Abdelhak (entre la porte Fouka et la Casbah) 

· Dar Senaâ ou Sidi Seddik (au bord de la mer, entre la Casbah et la mer) 

 · Ain Amsiouen (au-dessus de Bridja) 

· Ain Illès (près des Cinq-Fontaines) 

 · Ain Bou Khelil et Sidi Naïmi (près des Cinq-Fontaines) 

· Ben Derra (entre Ain Illès et Ain Amsiouen)

· Tighilt (le plateau en haut du Fort Moussa et le quartier des Cinq-Fontaines)

Chaque quartier avait sa mosquée ou sa zaouia. Les principaux édifices construits par les Bani-Hammad acquirent une grande renommée pour leurs richesses et leur splendeur artistique. 

- Ksar Amimoun situé au pied de la montagne, à proximité de la porte du Grand Ravin; à la bifurcation des chemins de Sidi Touati et de l'ex-fort Clauzel. 

 - Ksar Kaouakeb, château de l'Etoile (emplacement de l'ex-Fort Barral)

- Château des troupes (casernes) - (près des anciennes citernes romaines)
- Ksar Louloua (Château de la Perle) situé sur la crête de Bridja (hôpital)
Les portes de la ville étaient au nombre de six : 1 - Bab El Bahr ( porte de la marine )
2 - Bab Dar Senaa ( Porte de la Darse ) supprimée par les Espagnols lorsqu'ils battirent la Kasba.

3 - Bab el Bounoud ( Porte des Etendards - Porte Fouka, actuellement ) .
4 - Bab el Mergoum ou Bab Ber, située à la hauteur de la Koba de Sidi Amokran,au début duchemin de Rouman.

5 - Bab Amsiouen, au. bord de Bridja
6 - Bab Es Sadat. un peu au debut du Fort Abd El Kader, sur la route qui mène vers le port. Pendant que la ville de Béjaïa gagnait en importance, celle de la Kelaa déclinait peu à peu, d'abord avec le départ de Moulay En Nacer que suivirent de nombreuses familles de toutes conditions; ensuite, avec El Mansour (1090) fuyant la pression et l'insécurité que faisaient régner les tribus des Benou-Hillal sur le voisinage, et enfin, à la suite de la victoire de Abdelmoumen Ben Ali sur les Beni-Hammad et la chute de la Kelaa (1152). 

Déjà sous le règne de En Nacer et de El Mansour, de nombreuses familles avaient été implantées en des points stratégiques dans les montagnes des Biban, des Babors et sur les flancs du Djurdjura pour constituer une ceinture de sécurité contre d'éventuelles incursions des Beni-Hillal. Ce fut à partir de cette époque que se constituèrent certains villages dans ces contrées. (16) 
Mais l'exode le plus important fut enregistré lors de l'écrasement de la Kelaâ par les Almohades. Les populations s'éparpillèrent dans les localités voisines de Béjaïa pour bénéficier de la protection directe du souverain, et dans les montagnes du Djurdjura. Biban, Babor ainsi que dans la Vallée. Nombreuses les familles qui se disent aujourd'hui originaires de la Kelaâ, tels les Beni-Yala d'El Adjissa qui couvrent toute la région de Bouira et de Beni Mansour, les Sanhadja, les Beni-Messaoud, les Beni-Mimoun, etc... Béjaia, elle-même, n'échappe pas aux représailles du vainqueur, Moulay Yahia, démit de son trône par les Mouménides, les personnalités connues pour leur attachement à l'ancienne dynastie furent expulsées, elles se rendirent à Alger, Tunis, Constantine où elles trouvèrent refuge et emploi; les autres partisans se retirèrent dans les montagnes voisines où elles s'intégrèrent peu à peu aux tribus Mezaïa, Zouaoua, Fenaïa, Djobabra, entre autres la région connut, dans son ensemble, un bouleversement important, d'une part par la perte de nombreuses familles citadines parmi les plus aisées et les plus célèbres par leur savoir ou leurs fonctions, et d'autre part par l'implantation de nouveaux habitants dans les montagnes jusque là relativement peu peuplées. 

La constitution de trois royaumes à la suite de l'effritement de l'empire mouminide redonna, en certaines périodes à Bejaia EI-Hafsia sa renommée de capitale intellectuelle, sa prospérité et sa puissance dans le Maghreb, Des familles venues de toute part d'Andalousie (17), de Tunisie, de Tlemcen apportant leur savoir et leurs richesses s'établirent en ville ou dans la proche banlieue, les commerçants et les gens de métiers les tribus voisines grossirent à leur tour la population active, redonnant ainsi aux Bougiotes un sang nouveau. 
Au cours des guerres que se sont livrées les Hafsides, les Mérinides et les Abdelwadides, la région de Bougie subit à nouveau la présence « d'étrangers », et parfois durant de longues années. On se souvient du long siège de Béjaïa par Abou Hammou, Sultan de Tlemcen, qui, n'ayant pas réussi à s'emparer de la ville, se retira sur ses terres laissant à Tiklat, à Yakouta, à Hisen Beker, à Tamezezdekt plus de trois mille hommes (Tudjin et Zenata) avec leurs familles. Ceux-ci s'y étant définitivement établis épousèrent par la suite, la cause de Moulay Abdelaziz. Ce fut donc un apport de plus à l'élément ethnique de la Vallée. Aujourd'hui aucune famille ne se dit, Zenata ou Tenoudji tant l'intégration a été totale et profonde. (18)

La population citadine de Bejaia subit un autre bouleversement dans sa composition ethnique lors de la prise de la ville par les Espagnols en 1509.· Ceux-ci, dans leur acharnement à détruire la ville pour acculer les défenseurs à la reddition, obligèrent toute la population à évacuer (19), pour répondre à la politique de Charles Quint leur roi, qui visait à la création de places fortes et de colonies peuplées uniquement de chrétiens. Mais, du fait de l'incapacité de la Métropole à ravitailler la garnison, et de celle-ci à vivre de ses propres moyens, cette politique aboutit à Un échec qui obligea les gouverneurs à solliciter le retour des habitants auxquels ils promirent le libre exercice de leur culte, de commerce et de langue. Très peu de personnalités de Ia cour Hafside réintégrèrent: les Andalous et pour cause - s'expatrièrent tous, une fois de plus, vers Alger, Tunis, Kesentina. Des anciens Bougiotes ne revinrent que ceux qui, originaires des environs, s'étaient réfugiés non loin de là. La ville s'était repeuplée de nouveaux habitants descendus des montagnes voisines Imzaïen, Ifenaien, Zouaoua, Aït Djebar. En 1511 ,les Espagnols, d'après El Mérini, les évaluaient à huit mille. Résidant hors des quartiers réservés aux chrétiens et n'ayant pas accès au port. Les nouveaux Bougiotes vécurent en relation seulement avec l'arrière pays qui leur fournissait ses produits qu'ils revendaient aux Espagnols. Cette Situation qui leur fermait les horizons habituels, jointe aux désirs de tous de chasser l'étranger de leur sol, amenèrent les Bougiotes ,d'accord avec leur Prince, à contacter Arroudj et son frère Kheiredine pour une aide militaire. On sait que la ville ne fut libérée qu'en 1555 par Salah Raïs.

A partir de ce moment, Bougie devint une ville parmi tant d'autres du beylec de Kesentina. Sa population s'enrichit de nombreux Andalous chassés d'Espagne à la suite de leur révolte de 1573, et de leur expulsion définitive en 1609 ; elle accueillit les Turcs retraités civils ou militaires qui y exercèrent leurs fonctions, elle abrita tous ceux qui vinrent étudier, commercer, exercer un métier manuel ou intellectuel; elle offrit un havre sûr aux navigateurs aux armateurs, aux corsaires de toutes les nations. Cette population hétérogène conserva pendant longtemps sa diversité. Kabyles, Andalous, Turcs et Kouroghlis, n'admettaient de mariages qu'entre les personnes de même « race », sans que pour cela l'entente et l'amitié entre tous ne fussent altérées. La langue kabyle, parlée par la très grande majorité des habitants devint la langue véhiculaire, la langue materne!le de ceux qui, à l'origine, n'en connaissaient pas un mot.

En 1833, quand les Français, sous le commandement du général Trézel, débarquèrent à Bougie, la population ne dépassait pas 2000 âmes. Une bonne partie avait déjà quitté les lieux, les Turcs en particulier, dès l'occupation d'Alger et de sa banlieue. La résistance à l'envahisseur et la répression du vainqueur qui en suivit réduisirent considérablement les familles qui demeurèrent en ville (20).
En 1835, des raisons politiques et surtout le voisinage de peuplades constamment hostiles, décidèrent les autorités françaises à réduire l'étendue de l'ancienne enceinte. Cette mesure eut pour résultat d'amener la ruine immédiate de plusieurs quartiers et de motiver, le départ de la majeur partie des habitants qui, ne trouvant pas à s'établir à l'intérieur de la ville, émigrèrent en Kabylie (Djurdjura, Babor, ou Biban), à Alger, Annaba, Constantine et même à Tunis. 
En 1848, Bougie avait peu progressée, la population composée de quelques Kabyles citadins, quelques modestes Kouroghlis et Andalous d'extraction, que le manque seul de ressources avait empêché de suivre l'émigration, s'élevait, dit C. Féraud, à trois cents individus, tout au plus.

La population Bougiote ne se reconstitua que beaucoup plus tard avec les Mezaïas des environs. Les barrières raciales qui existaient auparavant disparurent. Les intérêts communs, la connaissance approfondie des uns et des autres née d'une longue cohabitation, les circonstances économiques et politiques entraînèrent le brassage des populations qui donna le type bougiote actuel avec son particularisme qui le fait distinguer d'entre tous. 
Les marabouts existent dans tous les villages kabyles. Toutes les familles « maraboutiques » se disent « Chorfa » venues de sakiet El Hamra (Maroc). 

Pour comprendre l'origine de cette catégorie de population, son état d'esprit et son rôle, il faudrait remonter dans l'histoire du Maghreb pour situer les évènements qui l'avaient placée en ces lieux. 

A la suite des guerres entre les descendants de Sid Ali (gendre du Prophète) et le Khalif El Hadi, échappant à ses poursuivants, Idris réussit en 172 (788-89) à atteindre Oulili dans le Maghreb El Acsa pour se mettre sous la protection (l'Anaïa) de la tribu berbère des Auréba dont sa mère en était issue. Il mourut en 793, après avoir conquis de vastes territoires et établi la capitale de son royaume de Fès. A son fils Idris II (793-828), succéda Mohamed (828-836) qui confia, sur les conseils de sa grand-mère Kenza (Berbère des Auréba) le gouvernement des provinces à chacun des neuf de ses frères et cousins. Celui du Maghreb Central dont le siège était à Tlemcen échut à son cousin Aissa, fils de Soleïman ben Abdellah (frère d'ldris I). 

Cette décentralisation du pouvoir fut la principale cause des dissensions internes, des guerres fratricides, de la décadence et de la chute de la dynastie idrisside (1068) sous les coups des Almoravides (El Mourabitine ), après un siècle d'existence. Les membres de la famille Idris se dispersèrent dans tout le Maghreb. Ibn Khaldoun rapporte que « Ibn Hamza dit que les membres de « la famille Idris étaient nombreux au Maghreb et qu'ils avaient « fondé plusieurs royaumes, mais, ajoute-t-il toute leur puissance « a disparu et il ne reste plus un seul de ses chefs. Le même auteur « fait observer que Hamza, celui dont le lieu de la province de Bejaia « appelé Souk-Hamza (Bouira) porte le nom, appartenait non pas « à la famille des Idrissides, mais à la tribu arabe des Soleïm. Djouher, « général de El Moëzz (El Fatimi) transporta les enfants de Hamza « El Idrissi à Kairouan, mais plusieurs membres continuèrent à vivre « dispersés dans les montagnes et parmi les Berbères du Maghreb » (21) 

Il y en a tout de même très peu par rapport au nombre incalculable de familles maraboutiques qui se disent « Chorfa ». Les véritables descendants d'Idris, quelles que fussent les vicissitudes politiques, gardèrent leur prestige en tant que descendants du Prophète, leur fortune et leur rang social. Les gouvernements qui se sont succédé les avaient toujours ménagés, entourés de respect, et parfois, employés dans leurs services en qualité de muphti, Imam, Cadi, etc ... 

La grande masse des familles «maraboutiques» relevèrent en réalité, d'origines diverses. En effet, lorsque les Almoravides débutèrent dans leurs actions politiques et religieuses, et à la suite de leurs victoires sur les Idrissides, ils s'établirent au Maroc et au Maghreb Central; leurs disciples, partisans ou fonctionnaires étaient appelés « El mourabitine », c'est-à-dire du « Parti chargé de mission ». Les Almohades du nouveau « Parti Unitaire », vainqueurs en plusieurs occasions, s'emparèrent de leurs territoires obligeant les vaincus à la servitude ou à l'exil. Nombreux parmi ces Almoravides, les uns fuyant la répression, les autres par solidarité avec leurs «frères », quittèrent le pays. Un certain nombre d'entre eux se dirigèrent vers le Sud où un grand rassemblement se faisait à Sakiet-el-Hamra autour du Ribat. De là, individuellement ou par groupe, ils remontèrent vers le nord du Maghreb Central où ils se fixèrent, soit du fait du hasard, soit à la suite d'un choix. Les populations locales les appelèrent «El Morabitine» du nom du parti auquel ils appartenaient ou prétendaient l'être.

Il y avait, écrit Auguste Cour, des contrées qui avaient la « spécialité de fournir des marabouts. Les gens du Figuig se délectent «à l'exercice des lettres qu'ils apprennent à Fès, puis, quand quelqu'un est parvenu à la fin de ses études il retournait en Numidie et dans les montagnes Kabyles, se faisait Imam, prédicateur, professeur. Ce fut une autre source de l'origine des marabouts du Sud-Ouest qui envahirent le Tell algérien peu avant la conquête « turque ... (22). 
Pour se rendre mystérieux, écrit Marmol, ils déclaraient venir« du pays « lointain de l'Ouest (afin que nul ne puisse contrôler leurs dires), de Sakiet-el Hamra » (23) - Ils étaient en somme des Berbères marocains chassés de l'Atlas par leurs vainqueurs.

Certains individus parmi ceux-là profitant de la confusion, exploitant la crédulité et l'ignorance des masses, s'entourant d'un tas de mystères, s'imposèrent par leur étrangeté: derwiches, hurleurs, écrivains d'amulettes, prédicateurs, préparateurs de philtres, magiciens, etc ... S'établissant souvent en dehors du village pour recevoir dans la discrétion absolue hommes et femmes à toute heure, ils se livraient à leurs exercices de machinations, intrigues, etc ... sous couvert de religion, de guérisseurs et autres. Au bout d'un certain temps, ils s'alliaient aux familles locales parmi les plus honorables. De ce fait, ils acquéraient la protection du clan, et bientôt suffisamment des biens pour s'imposer dans les affaires de la collectivité; leurs descendants ayant su conserver la « place » acquise, ils firent perpétuer dans la tradition locale.

Il n'en fut pas toujours ainsi, certaines confréries (1) envoyèrent dans les montagnes kabyles des missionnaires « Merabitines » chargés d'enseigner le Coran et de propager leur doctrine; souvent ils y demeurèrent, se créant un foyer familial et un noyau de disciples. Grâce à leur savoir, leur sagesse, leur simplicité, ils acquirent une telle renommée qu'on venait de loin les consulter sur des litiges d'ordre religieux et qu'on leur envoyait leurs enfants s'initier aux sciences islamiques dans leur Zouaoua généralement construite par la communauté des Khouan. Respectés de leur vivant, ils furent vénérés à leur mort; leur tombe ou leur mausolée, entourés de légendes, devinrent un lieu de pèlerinage. Leurs descendants qui suivirent la même voie, appelés «Ahl el ilm ", conservèrent le même prestige et jouèrent un rôle important dans la vie politique du pays (soulèvement contre les Turcs, contre la colonisation française).
Les confréries et Zoui qui jouèrent un rôle religieux et politique important en Afrique du Nord furent: Les Qadéria et les Chadélia. La première s'était répandue de l'Est vers l'Ouest, grâce à ses Cheikhs de grands renoms venus des écoles de "Orient par l'Egypte. La seconde, répandue par Abou Zeïd Abderrahman El Madani s'était répandue dans l'Ouest avec peu d'adeptes à l'Est du pays. Mêlés, de bonne heure aux mouvements généraux du pays, les uns et les autres subirent le contre-coup de la politique des souverains. A la fin du XV eme siècle, Ahmed ben Youcef, de l'ordre des Qadéria, traqué pour sa doctrine par les émissaires du Sultan de Tlemcen, trouva asile à Béjaia auprès du sultan. Plus tard, il embrassa le parti des Turcs dont il fut un partisan actif. Ayant obtenu des dispOsitions particulières en faveur de sa confrérie, et par là à tous ses Khouan, ses successeurs furent les meilleurs instruments à la domination turque. Ceux-ci s'en servirent aussi bien Pour régler des différends locaux que pour combattre leurs adversaires. 

Les Français suivirent la politique turque en ce domaine en soutenant certains chefs de Confrérie et de Zoui contre les mouvements de rénovation dirigés par les Ouléma

Les noirs en Kabylie furent introduits par les Turcs en les admettant comme auxiliaires auprès de leurs garnisons de janissaires en Kabylie. 

Le Caïd turc de la Basse Kabylie, Ali Khodja, pour parer aux attaques incessantes de Si Ahmed Ben Ali Ben Khettouch (24), fit renforcer le Bordj de Tazarart et y installa une colonie de nègres (1720) appelés Abib-ou-Chemlal ramenés du Sud. 

Le Caïd Mohamed Ben AIi connu sous le nom de Mohamed Debbah fit venir 400 noirs du Sud qu'il établi à Tala N'Zouia (Boghni) en 1746. Dotés de chevaux et d'armes, ils participèrent aux collectes d'impôts et aux opérations militaires (25). 
Le Dey Ibrahim Pacha autorisa ses Caids à attribuer des terres domaniales à ces nouvelles recrues. Ceux-ci s'y établirent avec leurs familles créant ainsi des mouls Abid. Dans le Sébaou, on les installa au sein de la tribu des Ait Amraoua, entre le confluent de l'Oued Aïssi, et l'oued Amraoua, au pied du Djebel Baloua. Cette colonie se divisa bientôt en trois fractions: Tazmalt n'Bou Khoudmi, Tazmalt n'Kaâ-ou-Meraï, Tazmalt n'Taba Othman.

Dans la région d'Akbou, la colonie noire fut installée près du passage de Chabet-EI-Ahmeur. Les colonies noires prospérèrent tant que les Turcs y demeurèrent puissants. Certains de leurs chefs épousèrent des femmes kabyles d'origine très modeste recherchant protection et sécurité pour elles-mêmes et pour leur proches souvent étrangers à la tribu locale. A la longue; il se constitua une catégorie de population fort métissée qui s'intégra progressivement à la population autochtone.

La chute des Turcs obligea la grande majorité d'entre eux à chercher refuge et protection ailleurs. Ils émigrèrent ou se dispersèrent dans la région pour offrir leurs services aux puissantes familles locales. Ceux de la grande Kabylie, furent admis chez Belkacem ou Kaci de Temda el Belat, Mohand ou el Hadj de Taguemount ou Aamrouche.Ceux d'Akbou furent engagés par Ourabah qui les cantonna à Ighil Alouan dans les Ait Tamzalt; par Mohand-Ou Châbane qui les établit à Tighilt-Amérian dans les Fenaïa ; par Mohand-Ou Chalal qui les installa à El Flaye dans les Béni-Oughlis ; par Ben Ali Chérif qui les mit au service de sa zaouia de Chellata. On leur donna des noms rappelant leurs origines: OuId Abid ; Aberkane; Berkane; Lekehal; Akli. 

C - ACTIVITE ECONOMIQUE ET CULTURELLE :
1-Caractère sociologique :

Le Kabyle, d'une manière générale, habite sa propre maison construite de pierres et recouverte de tuiles. Il possède une parcelle de terre que des murs, haies ou fossés séparent de son voisin. Les limites, comme le tour d'eau d'arrosage, sont sacrées, nul ne peut les violer sans risques d'incidents graves. 

Industrieux et sédentaire, intelligent et actif, sobre et rompu à la fatigue, il s'adonne à toutes les besognes pour gagner sa vie et celle des siens. Il émigre facilement quand les occupations locales ne suffisent pas; dans ce cas, un membre de la famille demeure au village pour veiller au patrimoine familial. 
Dans la famille, la femme jouit d'une grande liberté; en l'absence du mari, elle fait face aux travaux agricoles, s'occupe de l'éducation des enfants, répond aux obligations de la communauté. La polygamie étant extrêmement rare, la cellule familiale demeure ferme, et prospère dans le cadre de l'indivision pour sauvegarder sa puissance ; quand celle-ci est brisée, la fille n'hérite pas afin que les biens ne passent pas en des mains étrangères, mais elle conserve le droit permanent de gîte sous le toit paternel.

La communauté vit dans le respect des traditions parfois séculaires, Chaque village dispose d'une Djemâa, assemblée de représentants de chaque famille ou fraction. Un Cheikh (Amokrane) élu préside aux délibération. La justice y est rendue très souvent d'après « l'Adda », droit coutumier, et le Kanoun, usages antiques sanctionnés par la pratique qui tient lieu de code civil, pénal, administratif et militaire. Ces lois dictées par l'expérience reflètent les besoins et les intérêts individuels dans le cadre de la collectivité, ainsi que les obligations de celle-ci dans le cadre national. Egalité de tous ses membres, absence de privilèges, respect de l'individu, de sa femme, de sa maison, absence de peines corporelles et de prison (la dignité de l'homme libre - Amazigh - est respectée et demeure sans tâche), liberté de commerce, marchés ouverts à tous, charges proportionnelles aux richesses, etc ...

La solidarité est de rigueur dans le village. La «Touiza » permet à chacun d'exécuter ses travaux avec l'aide de tous (cueillette des olives, construction d'une maison, mariage, décès, etc. ... ). Les travaux d'utilité publique consistant en ouverture et réparation de chemins, entretien des fontaines, de la mosquée, du cimetière, s'exécutent en commun.

"L'Anaïa" (protection) pratiquée par toutes les familles, pauvres ou riches vis-à-vis d'un étranger de passage, un transfuge poursuivi par ses ennemis, ou seulement un individu qui désirerait s'implanter dans le village, fut souvent la cause des frictions et même des affrontements entre familles ou villages. "L'Anaïa" accordée par n'importe quel membre de la famille, l'honneur de tous ses membres se trouve engagé, et nul ne peut l'enfreindre sans encourir une vengeance. (La vengeance cesse, an certaines régions si le fugitif accepte d'exercer la fonction «humiliante» de boucher). 

Le devoir de chacun à défendre l'inviolabilité du pays, met chaque famille, en temps de guerre, dans l'obligation de mettre à la disposition du Chef, des hommes pourvus de leur nourriture et de leurs munitions. Ceux-ci combattent un certain temps puis reviennent au village pendant que d'autres, fidèles à l'engagement de la fraction, assurent la relève. En raison du peu de temps que chaque guerrier passe au combat, du renouvellement constant des combattants, et la suspension des hostilités en mauvaise saison, ou au moment des gros travaux agricoles (cueillette des olives), le succès n'est pas toujours exploité à fond contre l'ennemi, alors que celui ci, grâce à une armée de soldats permanents disposant de grands moyens, persisté dans son effort défensif ou offensif Cette tradition, Sans doute millénaire, fut un handicap sérieux aux chefs militaires, et souvent la cause principale de leurs échecs dans leur lutte contre l'étranger. Elle ne disparaîtra qu'à l'époque moderne guerre de libération (1954-1962). 
Dans toutes les guerres, quelles qu'elles soient même entre villages, il n'est pas rare de voir des femmes s'approcher de la mêlée encourageant, excitant par leurs youyous et leurs cris, portant secours aux blessés, aidant à enlever les morts, partageant les périls de l'action, les soucis de la défaite, la joie du succès (26). 
Toutes ces traditions d'ordre économique, politique et social résistèrent à toutes les influences extérieures. Alors qu'à Bougie, le sultan gouvernait par l'intermédiaire de ses vizirs, possédait une administration et des fonctionnaires, rendait la justice conformément au droit musulman, entretenait une cour brillante de savants, poètes, érudits de toutes sortes, l'arrière-pays demeurait figé dans ses institutions anachroniques, obéissant par tradition depuis des générations à des chefs issus de certaines familles, ne consultant que ses propres cheikhs pour résoudre ses litiges religieux, et sa Djemâa pour régler ses différends. Le sultan, en fait. n'y exerçait aucun pouvoir temporel. sinon sur les chefs traditionnels qui répondaient quand ils le désiraient du tribut ou des impôts forfaitaires de la collectivité payés souvent en nature.

Tag(s) : #BEJAIA

Partager cet article

Repost 0