SoummamCette zone humide, d’une superficie de 12453 hectares, concerne vingt communes riveraines situées dans le couloir Akbou-Béjaïa. Né de la confluence des oueds Sahel et Boussellam dans la commune d’Akbou, la Soummam est un fleuve de 65 km de long dont les eaux rejoignent la mer méditerranée à Béjaïa.               

Après avoir été retenue, en 2011, dans la liste Ramsar, la vallée de la Soummamvient d’être reconnue officiellement comme zone humide protégée par arrêté du wali de Béjaïa le 6 mai dernier. L’engagement de l’Etat à veiller à la conservation des caractéristiques écologiques de cette zone humide et à la planification de son utilisation durable est ainsi effectif. L’arrêté du wali stipule que le rejet des eaux usées et de déchets ménagers et industriels sans traitement préalable est désormais interdit. L’exploitation de ses ressources naturelles est, lit-on encore, soumise à autorisation des autorités compétentes.

La législation et les moyens nécessaires pour la concrétisation de cette décision salutaire suivront-ils ce qui s’apparente à une bonne nouvelle en faveur de la protection de l’environnement ? Telle est la question que les amoureux de la nature, qui n’ont pas cessé de tirer la sonnette d’alarme quant aux graves atteintes assénées au fragile écosystème de l’oued Soummam, ne manqueront pas de se poser. Et pour cause, les communes et unités industrielles riveraines continueront à y rejeter leurs déchets solides et leurs eaux usées tant que des usines de recyclage des détritus et des stations d’épuration des effluents liquides ne sont pas mises en place.

La construction de bassins de décantation à l’embouchure de tous les rejets finaux d’assainissement constitue une première mesure à prendre, pour réduire, à court terme, le taux de pollution des eaux de l’oued Soummam. Cette zone humide, d’une superficie de 12453 hectares, concerne vingt communes riveraines situées dans le couloir Akbou-Béjaïa.

Elle est caractérisée par ses cultures maraîchères, son arboriculture, une faune et une flore à préserver. Né de la confluence des oueds Sahel et Boussellam dans la commune d’Akbou, la Soummam est un fleuve de 65 km de long dont les eaux rejoignent la mer méditerranée à Béjaïa.                                        

H. Aït El Djoudi

 

 

 

Partager cet article

Repost 0