HISTOIRE DES  BENI-OUAGHLIS
 

Autorisation

  Plusieurs hypothèses ont été avancées pour faire connaître les origines des Beni-ouaghlis, mais aucune d’elles n’a fait l’objet de références historiques  pour appuyer leur  véracité.

En effet, tantôt on disait que l’apparition des Béni-Ouaghlis existait déjà LAÄRCH ALEMAS dont les ruines sont encore visibles au nord ouest du village Sidi-Yahia.

Le douar était fondé il y a une dizaine de siècles par le grand ancêtre commun Waghlis  un grand marin d’origine hellénique (Grecque). Cette origine éventuelle prête bien à une réflexion phonétique étant donné que la majorité des noms grecques ont d’après l’auteur une terminaison similaire (Onassis,Ulysse,Aristotalis , Karamanlis etc.…….

Convenez que cette  narration relève plutôt d’une porte à faux par rapport à la réalité  et elle est réputée par les Waghlissiens comme étant une pure imagination.

 ath waghlis

Un peu plus tard, une autre version nous apprend qu'il existait autrefois, à une époque très reculée, une ville arabe, aux environs des pays montagneux de Belezma(1), qui portait le nom de Taghlist.

Un jour relataient-ils la ville de Taghlist fut envahie, prise et pillée par l'ennemi. Les habitants qui échappèrent au désastre s'enfuirent loin  et un certain  nombre se dirigea au Nord vers les montagnes. Ils arrivèrent ainsi dans la vallée de l'Oued Sahel qui était inhabitée ; ils traversèrent cette rivière et  vinrent s'installer sur un mamelon élevé, où est situé aujourd'hui le village de Taourirt. Cette position isolée et dominante leur plut ; ils s'y installèrent donc et donnèrent à leur campement le nom de Tizi-Taghlist, en souvenir de leur ville perdue.

Cette version ne revêt également  aucune références bibliographiques par conséquent  peu convaincante et donc  sujet à des souplesses d’interprétation d’où  une réfutation pure et simple.

La version qui  nous parait la plus plausible et authentique  à partir du moment qu’elle énumère plusieurs sources et références bibliographiques qui a trait à une descendance de l’empire  Ottoman.

Cette version en effet stipule que  le nom Ouaghlis dérive du Turc usité également en Algérie durant la régence. D’ailleurs un Agha du nom de Ouaghlis est recensé parmi l’effectif du beylik de quacintina sous l’égide de Ahmed Ali El Kolli.

 L’Agha Ouaghlis est mort en 1667 aux côtés de BEY EL KOLLI, El hadj Ben Guana, Ferhat Ben Ali et Belkacem Ben Merrah.

Ceci est une preuve irréfutable que Ouaghlis est bel et bien usité pendant l’empire ottoman (les berbères dans l’histoire de MOULOUD GAÏD page 40)

Dans le même ordre d’idée le nom Ouaghlis est contenu également dans le terme Kulli oughlis  qui représente une communauté apparue lors de la domination de l’Algérie par l’empire Ottomane ou tous les historiens s’accordent à dire qu’ils sont issus de mariage des hommes Turcs avec des femmes Algériennes d’ailleurs le terme Turc  Kull Oughlis sisignifie tout simplement fils de soldat.

Selon justement Gaid  Mouloud en 1567, le beylik de l’Est est crée avec une l’administration civile qui fût confiée à des Turcs exclusivement, mais un peu plus tard les kull oughlis sont admis à des charges plus ou moins importantes . Ce n’est qu’en 1626, que commençait à se poser le problème des kull oughlis, l’Odjak avait en effet chassé les enfants nés de père Turc et de mère Algérienne en leur interdisant d’entrer dans les milices.

On disait à l’époque que leur présence pouvait pousser petit à petit l’Algérie à se détacher de l’empire Ottomane.

Ainsi et ceux dans la mère était kabyle se réfugièrent chez  leur oncle maternel notamment en l’actuelle petite Kabylie .selon Da El Mouloud GAID c’est pour cela  que  l’on rencontre en Kabylie des noms comme TOBJI, ZEMERLI, BESTENDJI, KARA etc.

.D’autres Kull oughlis expulsés prirent également le chemin de la Kabylie du royaume de KOUKOU (Ahmed Ben Kadi que les historiens espagnols appellent Roi de KOUKOU) et la rive gauche de la Soummam.

Et certains devaient s’installer définitivement sur les bords de Oued Zitoun ou ils finirent également par former la tribu des Zouathna.

Bien avant 1872 date de la fondation du village SIDI-AÏCH et selon Auguste Veller (monographie de la commune mixte de Sidi-Aich) la population de la commune était divisée  en deux çofs. Celui du haut rattaché à la confédération des Zouaoua et celui du bas faisant partie de la fédération des Ouled Abdel Djebar(2) : les maîtres de la vallée du Sahel (Soummam). Ce n’est qu’avec l’établissement de l’autorité Française que l’organisation administrative  fût modifiée (Voir détail sur la tribu en cliquant ICI).

Ainsi la tribu de Abdel djebbar(2) (circonscription n°79) englobe les fractions  Ouled Tamzalt, Barbacha, Ouled Ameur Youb, Beni Kharoun , Ouled abdelazziz et Beni Yemel, Beni ouaghlis et Imzalen)

Cependant, les Beni Ouaghlis (Circonscription n°80) éparpillés en hameaux qui commençaient tout juste à se constituer en village une partie est intègrée également avec la sction des  trois fractions suivantes :

·        Aït-Mansour- (située du coté des Fenaiyen)

·        Aït-Mzal – Au centre (comprendre El Flay  actuellement).

·        Açammeur- du coté d’Aouzelaguen.

Plusieurs villages que nous connaissons aujourd’hui comme AIT-DAOUD , AIT-CHETLA , EL MAADI etc. ne sont pas recensées en 1841 ce qui atteste du  bien fondé de cette référence.

Selon « l’étude sur la Kabylie   chapitre du livre relatif à l’exploration scientifique de l’Algérie ».

ath-ouaghlis.jpg

Les seuls villages recensés dans cette tribu sont les suivants :

1.      AÏT-MANSOUR :

·        Tifra ·        Ibourayene ·        Tabbount ·        Tighilt ·        Taourirt ·        El K’ala ·        Aït-mansour . Ikedjane ·        Tizemourine ·        Tiouririn

2.      AÏT-MZÂL

·        Irouflene ·        Tala-n-tagouyth ·        Tedoukent ·        Tinbdar ·        Ikhledjen ·        Bermatou      Tibane · ouririn (à ne pas confondre avec le village des Aït-Mansour)

·        Mezgoug ·        Iguer amar ·        El- flay

3.      ASSAMEUR.

·        Zountar ·        Zerraka ·        Tioua-K’adi ·        Aourir oussameur

·        Tighilt ·        Imaâliouen ·        Aît soula ·        Bou Mellal ·        El Djennane ·        Smaoun

·        Taourirt ·        Ath alouane

 

Beni-ouaghlis-1.JPG

 

 

 

1et2 corrigées

 

 

 

 

3 et 4 Coorigées

 

BIOGRAPHIE:

-Mouloud Gaid : les berbères dans l'histoire .

-Auguste Veller : Monographie de la commune mixte de Sidi-Aich.

-Revue Africaine  Tome 1 à Tome 5.3 .

-L'insurrection de la Kabylie 1871 L.RINN .

- L'occupation espagnole en Afrique  1506-1574. Marechal Mac mahon et le Duc de maganta.

- Origine et migration des tribus en Algérie . E.de Carette

- Recueil des traités de la porte OTTOMAN . Le baron I.de TESTA

- Histoire de la conquête d'Alger . 1856 Alfred Nettement.

-Exploration scientifique d'Algérie 1840,1841 et 1842 commission académique.

-Indigènes d'Algérie . LOUIS DE BANDIGOUR .

-La grande Kabylie sous la domination turc. HENRI AUCAPITANE. 1857 

- archives personnelles.

______________________________________________________________

Ce texte est disponible sous les termes de la Licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported (CC-BY-SA)

______________________________________________________________

(1)Selon Fanny Colonna «  entre insurrection et révolution » page 116 -ISBN 9961-945-943-13.9 dépôt légal 191-20

Une des versions du récit d’origine des Ath waghlis une tribu kabyle de la vallée de la soummam, consignée dans le procès verbal du senatus consult les faits venir à une époque très reculée de Bellezma du nom de Tagh’list (un nom berbère. Or les ath waghlis sont connus au XIX eme siècle par l’importance , le nombre de leur Zawaya et de lettrés. Ils ont aussi, ayprès des tribus berbères de grande kabylie la réputation d’êtres de « débauchés »

________________________________________________________________________

(2)Monographie de la commune mixte de Sidi-Aïch de Auguste Veller page 59 et 60

_______________________________________________________________________

(3) Dépliant sur les ath waghlis GEHIMAB Béjaïa . Cliquez ICI pour le télécharger.link

_______________________________________________________________________

Pages complémentaires sur l'histoire des Athwaghlis:

Le véritable nom de Abderrahmane el waghlissi.

Notification de Abou Zaïd abderrahmane comme étant abderrahmane el waghlissi.

Abou Zeïd Abderrahmane el Madani dit Abderrahmane El Waghlissi.

Origine de l’appellation Béni Ouaghlis (Ath waghlis).

l muqqadima al-Fiqhiyya (EL waghlissia).

Waghlissia par Mohamed Zerrouk Ali. Waghlissia par Mohamed Zerrouk Ali.

 

(çof wada )partie de la fédération des Ouled Abdel Djebbar.

Tag(s) : #Slaouti

Partager cet article

Repost 0