DessinOn a prétendu que Abderrahmane El waghlissi est natif des Ath waghlis et que parce qu’il est appelé ainsi confirme la thèse selon laquelle la tribu des Ath waghlis existait bien avant l’avènement de l’empire Ottoman même si à l’époque elle n’est pas répertoriée par Ibn Khaldoun qui a séjourné pourtant dans la région.
Aussi paradoxal  que cela puisse paraître, on relève qu’un petit village de la Géorgie est appelé OUAGHLIS car ce pays est également annexé par les Ottomans.
De même que Ouaghlis est  usité en Turquie à ce jour et veut tout simplement dire « Fils de soldat » . Un Agha même du Beilek de Qacentina est appelé Ouaghlis. Ce même Agha est mort comme expliqué sur ce site aux côtés de Ben Guana et de Kolli.
Partant de ce postulat, il fallait  absolument  retrouver le véritable nom de Abderrahmane el Waghlissi qui demeure dans tous les écrits comme étant un pseudonyme.Après maintes recherches, on aboutit  à un catalogue appartenant à la maison LEIDE-E.J.BRILL édité en   1886 qui contient tous les ouvrages et manuscrits Arabes et Turc recensé au lendemain  du débarquement Français.
Ce catalogue mentionne effectivement le livre de Abou Zeïd Abderrahmane el waghlissi  répertorié sous le   n° 459.Abderrahmane On précise même que ce manuscrit est composé par IBN AS SABBAGH qui ignore le nom du commentateur.
Qui est donc Abou Zeïd Abderrahmane  auquel on attribue le pseudonyme de Abderrahmane El waghlissi ?
Une première approche, nous indique que Abou Zeïd  Abderrahmane est originaire de Tlemcen et qu'il est mort le 6 Juin 1342 contrairement à la chronique des Almohades et des Hafsides P.181 qui précise qu’il mourut en Février 1385 ou 787 H.
Le deuxième indice a  plutôt pour source  l’éminent historien GAÏD MOULOUD qui évoque dans son livre Bougie et sa région ceci : «  Au cours des guerres que se sont  livrées les Hafsides, les Mérinides et les Abdelwadides, la région de Bougie subit à nouveau la présence « d’étrangers »,parfois durant de longues années. On se souvient du long siège de Bejaia  par Abou Hamou, sultan de Tlemcen, qui n’ayant pas réussi à s’emparer de la ville se retira sur ses terres laissant à TIKLAT à Yakoula, à Hissen Beker et Tamezezdekt plus de trois mille hommes (Tudjin et Zenâta) avec leur famille. Ceux–ci s’y étant définitivement établis(Page51 du livre histoire des Beni Zeiyed) c'est aussi le cas pour Abderrahmane el waghlissi.
Ce fut donc un apport de plus à l’ennemi ethnique de la vallée. Aujourd’hui aucune famille ne se dit Zenâta ou Tenoudji tant l’intégration à été totale et profonde ».AOUAGHLIS

A travers la Toile Internet on observe également que ABOU ZEÏD Abderrahmane (en lieu et place de Abderrahmane el Waghlissi) est recensé parmi les marabouts de BOUGIE.

En dernier recours, nous avons consulté le livre de Ibn abdeldjallil Tenessy relatant l’histoire des Beni Zeiyan « Rois de Tlemecen »Ou des contacts entre illustres savants ont eu lieu.
Ainsi, le savant ALFAKIH abou l’Abbes Ahmed ben Himran EL Bedjaoui est en étroite relation avec les deux fils de l’imam c'est-à-dire  Abou Zeïd et son frère Abou Moussa avec lesquels il a contribué à Tlemecen dans de nombreux manuscrits ( sur la vie de ces deux  célèbres  savants on peut consulter Ibn Khaldoun ( histoire des berbères  Tome II page 144).

Belaid Slaouti

NB: Répértoire de LEIDE-E.J.BRILL édité en   1886 qui inclus l'ouvrage de Abou Zeïd abderrahmane El waghlissi.

Abou Zeid

* Abou Zeïd Abderrahmane el Madani dit Abderrahmane El Waghlissi.
* Abou Zeïd Abderrahmane el Madani dit Abderrahmane El Waghlissi.

 

 

Partager cette page

Repost 0